Les nouveaux apports de la physique quantique et de l'epigénétique.

Les apports de la science moderne à travers la physique quantique et l'épigénétique nous font prendre conscience de l'importance de l'Esprit dans la construction de notre réalité.

La physique quantique nous enseigne que la matière est la densification d'une énergie sous différentes fréquences. Elle nous apprend aussi notre inter connexion avec l'Univers et comment le complexe pensées/émotions/actions ont un impact sur la matière et font notre réalité.

L'épigénétique nous apprend que les gènes et l’ADN ne contrôlent pas notre biologie, mais que l’ADN est contrôlé par des signaux provenant de l’extérieur de la cellule, y compris les messages énergétiques émanant de nos pensées.

Ainsi notre pensée entraine une émotion qui entraine une action. Cette action vibre à une certaine fréquence calculée en Hertz. Cette vibration résonne comme un son dans l'Univers et attirent des êtres, des situations, des pensées qui sont de la même fréquence.

Ainsi la science aujourd'hui rejoint les grandes traditions de sagesse et les apports de la science orientale à travers les grands yogis et les enseignements et pratiques bouddhistes.

La petite histoire de X AU regard de la physique quantique et de l'epigenetique

Voyons pour exemple la petite histoire de Jeanne qui n'est qu'un exemple de vie non consciente à partir d'une personnalité particulière.

Jeanne se lève de mauvaise humeur le matin. Encore une fois, Jeanne a trainé au lit et maintenant elle est obligée de se presser. Jeanne a des pensées négatives sur elle et sur son travail. "Je vais arriver encore en retard et je vais donner une mauvaise image de moi, je suis vraiment une incapable de ne pas arriver à me lever à temps".  Cela provoque en Jeanne une émotion de peur et de culpabilité. Jeanne n'a aucune conscience de tout ça. C’est-à-dire qu'elle n'a aucun regard sur elle-même. Jeanne est totalement identifiée à son mental. Continuons la petite histoire. Les émotions provoquées par les pensées de Jeanne font qu'il y a un malaise en elle. Pour alléger ce malaise son mental automatique se met en route tout seul pendant que Jeanne avale en vitesse un café et va à son travail. Jeanne pense qu'elle doit absolument dire tel chose à tel collègue pour arranger une situation. Jeanne pense qu'elle doit aller voir sa mère. Ces 2 pensées qui vont impliquer 2 actions sont totalement en lien avec les émotions de peur et de culpabilité provoquées par ces premières pensées de ce matin. Jeanne n'en a toujours pas conscience. Quand elle parle à son collègue, celui-ci l'envoie balader et le soir quand elle va voir sa mère, celle-ci lui reproche de ne pas être venu plus tôt. Il se passe que mettant en place des actions sous l'influence d'une basse vibration, elle vibre elle-même à une basse vibration et attire alors les basses vibrations de l'autre. Son action vibrant à la fréquence de la peur attire la peur de son collègue. Son action vibrant à la fréquence de la culpabilité attire la culpabilité de sa mère. Cette fréquence active de nouveau la peur et la culpabilité en elle. Et le mental se met de nouveau en route pour échapper à ce malaise.  Par exemple, Jeanne alors se plaint de cette mère si peu reconnaissante qui ne l'a jamais bien aimé et de ce collègue qui décidément ne veut pas avoir une bonne relation avec elle. Elle en parle le soir à une amie pour se libérer de cette lourdeur permettant ainsi sans le vouloir à cette énergie d'augmenter et d'attirer toujours plus de vie dans cette spirale de la souffrance. 

Ainsi si Jeanne ne fais rien pour que cela change, Jeanne restera coincée dans ce négatif, attirant à elle le même genre de vibration. Sa vie se déroule dans la souffrance : honte, culpabilité, apathie, chagrin et peur et Jeanne rencontre (car sa fréquence les crée) toutes les situations lui permettant de confirmer cet état. Jeanne devient une victime qui met la faute à l'extérieur. Jeanne est coincée dans la roue du négatif appelé Samsara dans la philosophie Bouddhiste que l'on nomme souffrance.