Connais-tu cette belle histoire qui dit que les fleurs seraient sur un autre plan des êtres lumineux et plein d'amour. Leur choix d'une incarnation sur terre serait un don d'Amour pour rappeler aux êtres humains la beauté qui est en eux. Cela me fait sentir plein de gratitude pour ces êtres délicats. Cela résonne aussi en moi comme une grande chaîne de solidarité au sein de l'unité. Grande chaine où chacun à sa place qu'il en soit conscient ou pas. 

Tu peux recevoir ce message pour les honorer et honorer la beauté que tu es à travers elles. Comment te sens- tu ? Est-ce facile pour toi de t'honorer ? 


Mot de fille vers mère
Je ne peux pas m’empêcher ce petit mot du cœur
Pour une bonne fête à toutes les mamans
Elles sont le ventre qui nous porte
De tout pays, de toute frontière,
Du monde animal et humain
Sans elle pas d’histoire, pas d’humanité,
Que de souffrance et de joie derrière cet acte naturel
Que d’histoires, que de vie !!!
C’est la création, une histoire fantastique
Pleine de mystère
Plus jeune dans mes moments de peine je disais
’’Je n’ai pas demandé à naître ‘’
Aujourd’hui je sais que oui
J’ai choisi et même choisis ma maman
Pour vivre ce que mon âme avait besoin
Pour avancer dans la belle histoire
Merci les Mamans pour cette liberté perdue
Et toutes les responsabilités assumées
Pour tout ce travail parfois non reconnu
Pour tes remises en question afin de nous faire grandir
Pour être toujours là, inquiète pour un éventuel bonheur perdu
Pour vouloir le meilleur pour nous

Et puis mon enfant en me regardant dans les yeux me dis : « Alors comment ça va la vie chez toi ? » « Ah, tu sais une belle vie de nos jours ce n’est pas facile. » Mon enfant me répond « Rappelles toi comme quand tu étais un enfant comme tout t’émerveillé, un rayon de soleil, un papillon qui passe. Tu es toujours comme ça puisque je suis toujours là. »

« Oui, c'est vrai, c'est bizarre, je pense souvent à ce qui ne me plait pas. » « Pourquoi ressasser et te souvenir de ce qui t’a fait du mal.  Tu devrais prendre du recul avec ton mental intrusif. » « De toute façon, je n’ai pas assez de discipline ni de volonté nécessaire pour me construire une belle vie. » « Tu te rappelles comme tu étais fier de toi quand tu as fait ton premier pas ? Et quand tu as pu prononcer ton premier mot ? » « Oui, mais j’ai peur de ne pas y arriver. Cela m’angoisse. » Votre enfant vous répond « Tu te rappelles combien de fois je suis tombé avant de réussir à marcher ? C’est normal de ne pas y arriver. Comme j’aime quand tu as de la douceur envers toi-même. C'est là que tu prends soin de moi.» « Alors tu crois vraiment que je peux me construire une belle vie ? Mais j'y pense, je ne sais pas ce que je veux !!! » L’enfant vous réponds : « Rappelles toi comme tout était une aventure quand tu étais un enfant, la vie un grand jeu à explorer. C’est sûr si tu ne te donnes pas une direction, c’est difficile. Mais qui te guide si tu ne sais pas où tu vas ? » 

En tant qu'être humain, vous ne devriez pas penser où la vie vous emmènera. Vous devriez uniquement penser où vous voulez l'emmener. 

Sadhguru

Le divin dans les fleurs... Absolument parfait.... Équilibre, harmonie, beauté, douceur. Quel grand mystère que cette intelligence qui se montre et s'exprime aux yeux de tous. On dirait qu'elle nous dit je suis là, je suis partout, je suis harmonie équilibre et intelligence. Tout va bien tout est parfait.... Quel grand mystère que la création.

 

 

Parfois c'est tout ce dont nous avons besoin !!!


Dans notre vie de tous les jours, nous sommes amenés à partager différentes interactions dans différent groupe ou relation : avec une copine, père/mère, amoureuse/amoureux, d'enseignant ou autre métier, de jeune dans une bande, fils/fille. C'est l'identification, la réduction de ce que nous sommes à ces différentes identités qui pourraient nous amener à de la souffrance. En prenant ces différents moments comme un jeu dans lequel on joue un rôle, on peut être parfait dans ce rôle tout en restant nous-même. C'est savoir que nous sommes au-delà de ce rôle. En se sachant plus que ce rôle on peut jouer et choisir d'offrir la meilleure version de nous-même !!!! Se détacher de l'identité qui colle à nos interactions, est une source de grande liberté. Alors on peut, si c'est notre choix offrir la douceur à chaque instant. C'est le choix que j'ai fait avec ma mère. Un passé douloureux nous uni, en faisant le choix de ne plus coller à l'identité de petite fille victime, notre relation se développe naturellement vers plus d'Amour, de compréhension et de tolérance.

 Voici un petit texte de Omraam Mikhaël Aïvanhov pour illustrer cette sage parole : "Il ne faut pas s'imaginer qu'on est venu sur la terre pour vivre dans la facilité, les plaisirs, l'abondance. On est venu sur la terre pour apprendre à se perfectionner. Or, comment se perfectionner si on n'a pas chaque jour de nouveaux problèmes à résoudre ? Voilà, il faut que cela soit bien clair : la terre est une école et, comme dans toutes les écoles, seuls ceux qui apprennent et progressent peuvent être heureux. Alors n'attendez pas que le bonheur vienne de l'extérieur sous la forme de rencontre ou de conditions favorables. Le bonheur réel, définitif, ne peut venir que de nous, de notre façon de considérer les choses." Dans cette vision des choses, on peut considérer que nous serons toujours confrontés à des difficultés sur cette belle terre. Comment cela pourrait-il être autrement, on ne peut pas contrôler notre environnement, les gens que nous rencontrons, les situations que nous rencontrons. Nous pourrons toujours connaître des moments difficiles. La clef est dans la réponse que nous envoyons face à ces situations difficiles. La douceur, l'acceptation, la compréhension est la meilleure des réponses pour rester dans un état heureux à l'intérieur de nous.

 

Joyeuse Pâque

 Mon cher mental

 Tu n’arrêtes pas de tourner en rond autour de cette idée que je dois faire quelque chose pour aider les autres. C’est des idées obsédantes qui sont lourdes et m’empêche de vivre et de faire les choses dans la légèreté. Aujourd’hui je choisis d’écrire cette lettre, car j’ai de la lassitude et de la colère par rapport à cela. Je voudrais que tu comprennes que je n’ai plus besoin d’être reconnu ou de réussir quelque chose. J’ai besoin de légèreté et de paix. Je ne me sens pas si importante et vraiment ce que je vais accomplir ne sauvera pas le monde. J’ai vraiment besoin de paix et de liberté. J’accepte qu’à un moment, tu as cru que tu étais absolument essentiel. Il me semble que tu as besoin de t’occuper des autres pour satisfaire ce besoin d’être aimé. Je sais que mon enfant intérieur est blessé et touché profondément par la peur du rejet. Je choisis aujourd’hui d’être un parent pour cet enfant intérieur et je choisis de l’accepter comme il est avec ses blessures et ses manques. J’ai envie de lui dire que s’il a vécu certaines choses difficiles, c'était pour son bien, pour justement vivre cette blessure de façon tellement intense qu’il ne pouvait pas la rater. Mon cher mental, tu crois qu’en faisant tel ou telle chose tu vas guérir cet enfant intérieur, mais tu te trompes. Je sais que tu veux le protéger et que tu veux enfouir cette souffrance profondément pour qu’il ne la sente plus. Mais tu te trompes, ce n’est qu’en en prenant conscience et en l’acceptant qu’elle pourra partir. Ce n’est pas en compensant dans une activité pour aider l’autre que je vais aider cette enfant intérieure. Cette enfant a juste besoin de plaisir et de moins de pression. Aujourd’hui je choisis de lui donner cela. Aussi je te pris de comprendre que tu dois m’aider et me rejoindre dans ce mouvement et dans ce retournement. Pour cela je vais arrêter cette compulsion à vouloir aider et je vais me donner le temps d’être tout simplement, de tout faire avec plaisir et joie.