Mon cher mental

 

Tu n’arrêtes pas de tourner en rond autour de cette idée que je dois faire quelque chose pour aider les autres. C’est des idées obsédantes qui sont lourdes et m’empêche de vivre et de faire les choses dans la légèreté. Aujourd’hui je choisi d’écrire cette lettre car j’ai de la lassitude et de la colère par rapport à cela. Je voudrais que tu comprennes que je n’ai plus besoin d’être reconnu ou de réussir quelque chose. J’ai besoin de légèreté et de paix. Je ne me sens pas si importante et vraiment ce que je vais accomplir ne sauvera pas le monde. J’ai vraiment besoin de paix et de liberté. J’accepte qu’à un moment tu ais cru que tu étais absolument essentiel. Il me semble que tu as besoin de t’occuper des autres pour satisfaire ce besoin d’être aimé. Je sais que mon enfant intérieur est blessé et touché profondément par la peur du rejet. Je choisi aujourd’hui d’être un parent pour cet enfant intérieur et je choisis de l’accepter comme il est avec ses blessures et ses manques. J’ai envie de lui dire que si il a vécu certaines choses difficiles c’était pour son bien, pour justement vivre cette blessure de façon tellement intense qu’il ne pouvait pas la rater. Mon cher mental, tu crois qu’en faisant tel ou tel chose tu vas guérir cet enfant intérieur, mais tu te trompes. Je sais que tu veux le protéger et que tu veux enfouir cette souffrance profondément pour qu’il ne la sente plus. Mais tu te trompes, ce n’est qu’en en prenant conscience et en l’acceptant qu’elle pourra partir. Ce n’est pas en compensant dans une activité pour aider l’autre que je vais aider cette enfant intérieure. Cette enfant a juste besoin de plaisir et de moins de pression. Aujourd’hui je choisis de lui donner cela. Aussi je te pris de comprendre que tu dois m’aider et me rejoindre dans ce mouvement et dans ce retournement. Pour cela je vais arrêter cette compulsion à vouloir aider et je vais me donner le temps d’être tout simplement, de tout faire avec plaisir et joie.

 

 

 

PLEINS D'AUTRES A SUIVRE......